La ferme Ornée, 8, rue de Concy, 91330 Yerres

www.yerres.fr

Sac de frappe en marbre de carrare Invitation 3ème biennale de Yerres

 

S’inscrivant dans la dynamique suscitée par les deux premières biennales (2007, 2009) et par l’exposition Denis Monfleur (octobre 2010), la municipalité de Yerres, qui gère la propriété Caillebotte depuis 1973, entend poursuivre et confirmer avec cette 3ème Biennale, son ambition de faire de ce lieu une référence en matière de sculpture en faisant cohabiter univers historique et contemporain.

Cette édition qui réunit une quarantaine d’artistes et plus de 100 œuvres est marquée par la mise en avant d’un thème : Inventer des mondes singuliers proposé par le commissaire Paul‐Louis Rinuy, professeur d’histoire et de théorie de l’art contemporain à Paris VIII. Ce thème qui renvoie à la création artistique dans sa valeur visionnaire évoque ainsi l’espace imaginaire ou réel créé par chaque artiste. Les œuvres seront présentées dans les divers espaces du Centre d’art, dans le Parc et à l’Orangerie. Dans cette perspective, le visiteur ou le promeneur pourra vivre une expérience fondée sur l’émotion.

La sélection des artistes a été effectuée avec l’ambition de montrer différents langages créatifs, formes et techniques plastiques, pour témoigner de la richesse de la sculpture d’aujourd’hui. Se croisent alors trois générations de sculpteurs dont certains récemment issus de l’École Nationale Supérieure des Beaux‐Arts et de l’École Nationale Supérieure des Arts Décoratifs.

Cette rencontre a pour objectif de montrer le visage d’une sculpture contemporaine visionnaire et irrationnelle.


Nicolas Alquin, Eleftherios Amilitos, Cyrille André, Jean Anguera, Götz Arndt, Vincent Barré, Agnès Bracquemond, Peter Briggs, Fabrice Brunet, Damien Cabanes, Julie Chabin, Charlotte Charbonnel, Eugène Dodeigne, Amahiguéré Dolo, Jean Dubuffet, Étienne‐Martin, Charles‐Henry Fertin, Roseline Granet, Sébastien Gschwind, Eva Jospin, Janos Kalmar, Wang Keping, Alain Kirili, Stéphanie Lagarde, Marie‐Noëlle de La Poype, Carole Leroy, Denis Monfleur, Kasia Ozga, Giuseppe Penone, Matthieu Pilaud, Germaine Richier, Elsa Sahal, Robert Schad, Emmanuel Saulnier, Olivier Sévère, Pierre Tual, Fabrice Vannier, Bernar Venet, François Weil, Mâkhi Xenakis.

De rien ne se crée rien - du 6 mai au 18 juin 2011
La Grande Place, Musée du cristal Saint-Louis, 57629 Saint-Louis-lès-Bitche

bwd  Image 1/7  fwd

La Grande Place, Musée du cristal Saint-Louis, 57629 Saint-Louis-lès-Bitche
www.fondationdentreprisehermes.org

De rien ne se créé rien


De rien ne se crée rien
réunit une suite de sculptures réalisées par Olivier Sévère aux Cristalleries de Saint-Louis, lors de sa résidence à l'invitation de la Fondation d'entreprise Hermès et sous le parrainage du sculpteur Emmanuel Saulnier.

La pierre s'est imposée à Olivier Sévère comme la forme idéale pour rendre visible la pensée philosophique initiée par Anaxagore au Ve siècle avant J.C. : "Rien ne naît ni ne périt, mais des choses déjà existantes se combinent, puis se séparent à nouveau". L'artiste, avec la complicité des artisans verriers, a travaillé le cristal sous l'angle du cycle perpétuel de la matière : la pierre se transforme et devient sable, le sable entre dans la composition du cristal, le cristal retrouve sa forme originelle à travers le geste de l'artiste.

Pavés, galets, rochers, en cristal soufflé, moulé, taillé... A travers ces ensembles de pierres, mêlant les notions de naturel et d'artificiel, l'artiste a porté un regard singulier sur les savoir-faire et la chimie du cristal.

>Voir les œuvres en images

Le -1, 71, boulevard Richard Lenoir, 75011 Paris
www.moinsun.com

Invitation Mapping the studio, again


Une proposition de la KGM


Les quatre résidents du -1 ont invité la KGM, un collectif de commissaires composé de Anna Klossowski, Louise Grislain et Charlotte Morel, à concevoir la première exposition du lieu. Mapping the studio, again prend acte des spécificités et de l’importance de l'atelier dans le discours sur l’art, qu'il soit critique ou fasciné par un espace semblant contenir dans ses murs les secrets de la création. Les commissaires ont convié trois artistes à présenter leurs travaux aux côtés de ceux des occupants. L’accrochage qui les rassemble témoigne de la conviction que la compréhension des œuvres passe par une observation attentive de leurs procédés d’élaboration.

Galerie Jeanroch Dard, 13, rue des Arquebusiers, 75003 Paris
www.jeanrochdard.com

Invitation Vertigo

Explorant les phénomènes liés aux troubles de la perception - qu'il s’agisse d’éblouissement, de cinétisme, de disparition ou d’anamorphose, Vertigo présente les oeuvres de six jeunes artistes. Si certaines filiations esthétiques et conceptuelles s'articulent naturellement entres ces pièces, il n'en reste pas moins que chacune d'elle est empreinte de références propres à leurs auteurs.

Olivier Sévère et Eric Tabuchi développent une poésie sérielle et mathématique. Renato Leotta et Justin Morin puisent dans l'histoire de l'art et manipulent son langage. Olivier Kosta-Théfaine met en place une critique sociétale quand Samuel François Marie surréalisme et minimalisme. Mais plus qu'une déclinaison d'oeuvres autour d'un même thème, Vertigo fait le pari d'un accrochage audacieux en créant un déséquilibre dans l'espace d'exposition. Seule, comme un trou noir, la peinture en angle de Tabuchi agit comme un aimant. A l'opposé, la seconde pièce de la galerie aligne les cadres, les plaçant toutes au même niveau, sans donner de repère au regard. Ainsi, Vertigo cultive la mise en abîme pour mieux prolonger l’étourdissement.